Au milieu du flot d'informations, d'analyses, d'événements qui nous submerge, quel sens donner aujourd'hui à la prochaine échéance électorale qui nous attend... dans si peu de temps?
Parmi les choses que j'entends ou que je lis, je me permets de vous proposer celles que j'en ai retenues, comme des morceaux de bois captés au fil de l'eau pour construire mon propre radeau et tenir un cap, un cap vers une vie meilleure, à vivre ensemble: en d'autres termes, il s'agit de ma propre analyse des événements et des choix politiques auxquels elle m'invite.

J'ai entendu, après les municipales, parler de la "victoire du FN": certes, c'est une victoire par différence avec les résultats obtenus précédemment par ce parti mais dans l'absolu, le FN a obtenu beaucoup moins de nouvelles mairie que les partis du centre, UDI et MoDEM. J'ai entendu que la droite - et plus précisément l'UMP - avait remporté une victoire écrasante: mais on a oublié de préciser que nombre de ces victoires étaient à partager avec les partis dits « centristes », qui avaient fait liste commune avec eux.
Ainsi les media ont-ils forcé l'information vers une victoire de la droite et de l'extrême droite. Mieux: entre les deux tours, on invitait Marine Le Pen sur tous les plateaux pour lui donner la possibilité de faire sa publicité! La télévision reprenait à l'envi ses propres thèmes: « c'est une victoire contre la bipolarisation de la vie politique en France et c'est ce parti qui l'incarne ». Or, comment l'incarne-t-il? Par le REJET et la condamnation des autres partis, le rejet de l'étranger, le rejet de l'Europe, le rejet des musulmans de France, etc...

Il y a un autre parti en France qui incarne ce refus de la bipolarisation, et dont les résultats, comme je l'ai rappelé, ont été meilleurs que ceux du FN: c'est le Mouvement Démocrate (5 nouvelles Mairies en plus de Pau). A l'inverse de Marine Le Pen, il le fait en ACCEPTANT de travailler avec les autres. En effet, et contrairement à ce qui a été écrit, François Bayrou a proposé à Jean-Louis Borloo de travailler ensemble déjà un an avant l'alliance pour les européennes. Le seul fait de cette alliance témoigne en faveur de la formation "UDI-MoDEM/Les Européens": travailler à la construction européenne implique en effet d'être capable, déjà chez soi, de TRAVAILLER AVEC d'autres, différents. Cela ne se fait pas sans douleur, nous le savons, mais c'est la douleur du chemin à défricher pour aller vers une vie meilleure pour tous, sans ostracisme. Nombre d'électeurs ont montré qu'ils privilégiaient cette voie...
Les élections européennes ne sont pas pour nous l’occasion  de remporter une victoire contre la gauche ou contre la droite en France, il ne s'agit pas de nous "placer" pour les prochaines échéances électorales françaises: IL S' AGIT DE L' EUROPE!

J'ai entendu affirmer que l'Europe a d'abord été économique et qu'elle doit devenir politique. Je ne suis pas d'accord avec ces affirmations: la CECA et la CEE étaient certes des communautés économiques, mais elles ont été le fruit d'une VOLONTE POLITIQUE, ne l'oublions pas! Le but était d'utiliser nos industries respectives pour CONSTRUIRE ENSEMBLE notre prospérité plutôt que pour fabriquer des armes en vue de nous détruire mutuellement: mutualiser nos forces pour la vie au lieu de travailler chacun de son côté et, aujourd'hui, se concurrencer en Europe... C'est ce que propose l'UDI-MoDEM, et cela montrerait que l'Europe est en réalité la première puissance économique mondiale: le Japon ne s'y est pas trompé qui, en la personne de son Premier Ministre, est venu faire son tour d'Europe, vue comme « modèle démocratique et puissance économique ».

J'entends dire que l'Europe a d'abord été construite pour la paix et que cet aspect n'intéresserait plus les jeunes aujourd'hui... Encore une fois, regardons ce qu'en disent les autres pays: pourquoi des Ukrainiens ont-ils réclamé d'être associés à l'Union Européenne au péril de leur vie? A cause des libertés, individuelles et publiques, et de la prospérité que cette « union » rend possible, et qui sont les conditions de la paix.
La guerre n'est-elle pas un risque avéré aux portes de la communauté Européenne, en Europe? La paix n'est jamais acquise une fois pour toutes, elle est sans cesse à construire - dans nos vies privées comme dans la vie publique, nous ne le savons que trop... Et que dire des massacres en ex-Yougoslavie, que nous n'avons pas pu empêcher, faute de défense européenne commune: l'OTAN avait été empêchée d'intervenir à temps à cause... du veto russe! Marielle de Sarnez, tête de liste de notre formation pour l'Ile-de France, insiste à temps et à contre temps sur la nécessité d'avoir une politique étrangère commune et des moyens de défense mutualisés, qui seraient infiniment moins coûteux que les expéditions militaires conduites par la France en solitaire, en plus de permettre une cohérence politique et une efficacité diplomatique.

Lisez le projet de l'UDI-MoDEM et voyez comment ses propositions répondent non seulement aux questions à court terme mais bien aux nécessités institutionnelles rendant possibles des réponses « durables » aux divers problèmes qui se poseront, politiques, économiques, sociaux, aux niveaux national, européen et même mondial.

Vous y trouverez une question dont je n'entends pas parler: celle de l'immigration. Ce point y est traité de façon un peu brève, voire "raide" à mes yeux: mais lisez la lettre de notre tête de liste sur les questions d'immigration et de PARTENARIAT avec l'Afrique, et pas simplement d'assistanat avec les pays d'émigration, comme je l'ai entendu.

Et je n'ai pas parlé des propositions pour le climat, l’énergie; des propositions pour des échanges d'apprentissage pour les jeunes, façon "Erasmus"... qui peuvent éduquer à un art de travailler ensemble à la fois plus humain et plus rationnel que ce qui se vit parfois en France.

Chaque formation propose des choses intéressantes. Aucune n'est parfaite. Informez-vous et choisissez en connaissance de cause mais faites en conscience le peu qui vous est possible aujourd'hui:
VOTEZ POUR PESER dans l'amélioration des institutions européennes! Notre formation propose des aménagements qui devraient rendre le fonctionnement de l'Europe plus démocratique, plus transparent et plus efficace.

Marie-France de Muizon, adhérente MoDEM à Vanves