Nous souhaitons à notre chère ville de Vanves que ce programme soit réalisé. Nous souhaitons de tout cœur à B. Gauducheau et à son équipe de mettre vraiment en œuvre cette devise exigeante. Car, que nous ayons voté ou non pour lui, ce qui est important c’est la vie des vanvéens, c’est que notre maire soit vraiment le maire de tous, c’est que chaque personne de cette ville ait sa place.

Deux remarques :

   Notre maire a été réélu avec 61,1% des suffrages exprimés. Si l’on considère le taux d’abstention, cela veut dire que seulement 35, 54% des inscrits ont voté pour notre maire. Cela donne à réfléchir, non pas pour enfoncer notre maire, mais pour comprendre ce que cela veut dire.
Notre ville est une ville où il fait bon vivre mais à condition de ne pas fureter dans les coins.
Il y a de la misère à Vanves, il y a de la désespérance. Il y a des gens qui n’arrivent pas à vivre, qui n’arrivent plus à croire en quelqu’un, des gens qui ne trouvent pas leur place, qui ne savent pas qu’ils sont importants eux aussi. Ces gens- là n’ont pas voté ou n’ont pas voté pour B. Gauducheau. Peuvent-ils faire partie du « ensemble » ? Pouvons-nous compter sur notre maire pour cela ?
 

   Si l’on veut qu’une structure marche, il faut  que ses usagers soient impliqués. Nous le savons bien, en particulier dans le monde de la santé et de la réinsertion sociale (un organisme comme le Secours catholique en a fait son fer de lance). Se pose alors une question urgente: quelle place B. Gauducheau  compte-t-il donner  à tous ceux et celles qui sont prêts à mettre leurs compétences au service de notre cité ? Quelle place, donc, prévoit- il de donner à ce que l’on appelle l’opposition ? Donner une place à ceux qui ne voient pas les choses comme nous, les écouter, prendre en compte leur parole est exigeant ; ce n’est pas à la portée de n’importe qui. Pour y arriver il faut vraiment croire au « ensemble », il faut vraiment croire que nos différences peuvent être une richesse.
 
Personne ne peut tout, personne ne sait tout, que ce soit à droite, à gauche, ou au centre. Allons-nous nous faire confiance, nous apporter le meilleur pour que tous dans cette ville puissent vivre ? Au soir d’élections, il s’agit d’abord de cela.
 


Nous, MoDem de Vanves, mettons au premier plan de notre engagement les valeurs. Ce sont elles qui ont guidé nos choix, nos alliances, nos interpellations. Ce sont elles qui guideront encore nos choix, nos actions, nos paroles. Ce sont elles qui nous ont fait nous engager auprès d’Antonio dos Santos et non pas du P.S comme certains l’ont dit rapidement. Les valeurs peuvent s’incarner dans des partis mais elles transcendent  les partis. Elles sont ce qui nous permet de vivre ensemble, de nous respecter, de nous entraider.
 
 Antonio Dos Santos était porteur de projets innovants dont beaucoup étaient au service des laissés pour compte. Tout ce qui est bon, d’où que cela vienne, appartient à tous. C’est cela «aller plus loin ensemble ».

Nous prenons au sérieux les valeurs fortes sur lesquelles B. Gauducheau s’est engagé. Nous les prenons vraiment comme un engagement et pas comme un slogan de campagne.

B. Gauducheau peut compter sur nous pour veiller.

 

Nicolle Carré

Et tous les adhérents du Modem Vanves.