Nous avons apprécié l’objectif annoncé de mixité sociale, soit de 25% dans les programmes neufs de logements, pour la zone UAb.

Mais les règles fixées restreignent l’application de ce taux de 25% aux immeubles de 1500 mètres carrés de SHON et plus.

Ceci va limiter largement la possibilité de concrétisation de cet objectif. Ainsi, le diagnostic du projet de PLUmontre que les collectifs construits depuis 1999 (après les grands immeubles du Plateau) sont de taille relativement modeste, avec une majorité d’immeubles de 2 à 10 logements construits et en deuxième position des ensembles de 10 à 50 logements.

Nous avons proposé, lors de l’enquête publique, afin d’améliorer la faisabilité de cet objectif de mixité sociale, de descendre la barre des 1500 mètres carrés à 700 mètres carrés (soient 2-3 logements sociaux dans un immeuble d’une dizaine de logements).

Nous avons aussi proposé de passer le taux de 25% à 30% pour les surfaces de plus de 1500 mètres carrés.

Des associations vanvéennes ont également écrit au Commissaire Enquêteur: Le Secours Catholique de Vanves, Solidarité Nouvelle pour Le Logement et CCFD, qui font un énorme travail sur le terrain et sont confrontées aux problèmes du logement.

Ces associations ont proposé un taux de 30% de logements sociaux dans tout programme neuf de plus de 10 logements ce, sur toute zone.

Pour rappel, le Diocèse du 92 lui-même a lancé une campagne de sensibilisation sur le problème du logement, que ces associations ont relayée à Vanves. Nous y reviendrons car des initiatives dans ce domaine méritent d’être suivies.

Les Françaissont très préoccupés par ce problème du logement: 84% des français (93% chez les 35-49 ans) estiment que les responsables politiques ne s’occupent pas assez des problèmes de logement (TNS-SOFRES).

Les Etats Généraux du Logement viennent tout récemment d’interpeller les partis politiques. A nouveau, le Modem a soutenu un objectif de mixité sociale dans toutes les opérations.

Certains peuvent penser que Vanves n’est pas dans les plus démunies avec un taux de 23,64% de logements sociaux. Or plus de 900 demandes sont toujours en attente à Vanves.

Nous savons désormais que la loi SRU quand elle a défini un taux de 20 % de logements sociaux a eu le mérite de faire un grand pas en avant, mais a eu le défaut de son caractère unilatéral. Nous n’avons pas besoin de 20 % de logements sociaux dans la Creuse, mais en revanche ce taux est inférieur aux besoins en Ile de France.

Ainsi le taux de 23,64% à Vanves est certes correct, mais loin d’être vertueux et de répondre aux besoins. Un effort peut-être fait, ce sans risque de ghettoïsation. Et au contraire, la possibilité de créer cette mixité au sein même des nouvelles constructions permet l’équilibre et le bien vivre ensemble.

C’est le message que le Mouvement Démocrate de Vanves  souhaite faire passer.

Quelle a été, en effet, la réponse du commissaire enquêteur à notre proposition? Il temporise: « Le choix d’envisager l’application des 25% de logements sociaux dans le cadre d’opérations envisageant une SHON de 700 mètres carrés et 30% pour les SHON de plus de 1500 mètres carrés mérite une étude socio-économique, me semble-t-il » a-t-il écrit dans son rapport.

Or sur un plan économique, les bailleurs sociaux s’impliquent déjà dans ce type d’opérations mixtes et souhaitent les poursuivre.

Quand à l’éventuelle question sociale, nous savons aussi qu’il ne s’agit pas ici de loger des personnes en grandes difficultés qui ont besoin de structures spécialisées. Les résidences sociales sont alors la réponse.

Il s’agit ici d’apporter un logement abordable par exemple à une infirmière, un couple d’instituteurs et ses deux enfants, une femme seule élevant un enfant, un jeune qui a un emploi et démarre dans la vie…

Certains peuvent penser par ailleurs que la population de Vanves devient de plus en plus aisée et n’est pas très concernée par le sujet. Nous sommes convaincus du contraire. Ces personnes ne sont pas insensibles à ces enjeux et souhaitent aussi « pouvoir travailler et mieux vivre à Vanves ». Elles sont parfois confrontées de façon pratique aux impacts de ces difficultés de logement; elles ont besoin comme tous de pouvoir trouver une assistante maternelle, une infirmière, une auxiliaire de vie…et que celles-ci ne fassent pas 3 heures de transports par jour, avec les difficultés rencontrées. De même, elles sont soucieuses pour l’avenir de leurs propres enfants.

Nous proposons donc a minima de faire passer le taux de mixité de 25% aux immeubles de 700 mètres carrés de SHON de cette zone UAb.

On pourrait aller plus loin, mais cette proposition apporte déjà un progrès concret; elle peut aussi fédérer tous les acteurs sensibles à l’intérêt général et ne remet pas en cause le travail déjà réalisé: elle ne bouleverse pas les objectifs annoncés du PLU, son équilibre, son zonage et sa réglementation.

Alors, nous espérons encore que le conseil municipal du 22 juin prendra un temps de recul pour améliorer ce point: il vaut mieux prendre un peu de temps, maintenant, pour éviter des erreurs regrettables à l’avenir.

C’est aussi à ce prix qu’un doute sera levé. C’est une chose d’afficher un taux de mixité sociale, c’en est une autre de le garantir. Les habitants de Vanves méritent qu’on leur parle vrai.

La volonté politique se traduit aussi dans les actes concrets.

Ce conseil municipal du 22 juin ne peut qu’y être sensible.