Ayant défendu, en janvier, sur le site du Modem des Hauts de Seine, le petit livre de Stephan Hessel, Indignez vous, objet d'attaques ignobles de quelques pointures ne notre Intelligentsia nationale, puis participé, sur notre propre site vanvéen, à un texte collectif de défense de Stephan Hessel, lui même objet d'une polémique stupide pour  sa présence au Lycée Michelet en avril, je me réjouis de voir se lever ce mouvement de la jeunesse espagnole qui reprend comme drapeau de mobilisation le "Indignados" Hesselien.

Un mouvement qui ne peut que faire tache d'huile  et interpeller la jeunesse française et européenne.

Des jeunes démocrates l'ont bien compris. Ils comprennent et se joignent aux revendications des jeunes espagnols.

Gilles Guillamot, militant vanvéen et membre des Jeunes Démocrates, nous livre ses réflexions sur son blog alerte-orange.com. Nous vous invitons à le lire. Il nous parle d'un besoin d'une démocratie non détournée au profit de quelques uns, d'égalité de traitement, d'arrêt de la corruption, et de son engagement politique. Car la politique est plus que jamais nécessaire!

Les Jeunes Démocrates des Pyrénées Atlantique font également écho à ce qui se passe de l'autre coté de leurs Pyrénées et s'expriment sur Facebook.

 Je reprendrai, pour terminer, cette petite phrase prise dans le livre du sociologue Michel Maffesoli: "La république des bons sentiments".

"Comme le notait Chateaubriand, il est fréquent de prendre pour conspiration politique ce qui n'est que le malaise de tous ou lutte de l'ancienne société avec la nouvelle, combat de la décrépitude des vieilles institutions contre l'énergie des jeunes générations".

 Une phrase à méditer devant un mouvement qui ne peut que s'étendre, et auquel  gouvernements et  partis politiques devront apporter d'autres réponses que celles de la dénégation ou de la répression.

 Bernard LEON