MoDem Vanves

Vanves

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 18 juin 2013

La politique autrement

Nous avons peu souvent l’occasion de nous réconcilier avec la politique. Tout spécialement dans ce département des Hauts-de-Seine, laboratoire de la corruption comme le note, avec un point d’interrogation, le livre « 92 connexion », auquel j’ai déjà fait allusion dans de précédents billets.

Cette occasion nous a été offerte par le député du MoDem, Jean Lassalle qui, avant de reprendre son chemin sur le tour de France à pied qu’il a entrepris en avril, mené  par une intuition forte qui le porte à la rencontre des citoyens, a voulu faire étape à Paris pour rendre compte, ne pouvant plus garder pour lui seul ces paroles entendues et qu’il a commencé à recueillir dans des « cahiers d’espoir ».

Présent à l’Assemblée nationale pour l’écouter samedi 15 juin, j’en ai tiré un billet pour mon blog sur Mediapart.

Si vous êtes intéressés par la parole humaniste et imagée de ce député hors normes je vous invite à retrouver ce billet sur Mediapart. Bonne lecture.

Bernard LEON

jeudi 13 juin 2013

Vanves, question de démocratie.

Le maire de Vanves semble tendu en ce moment, notamment sur les questions qui le dérangent, dont vraisemblablement les nôtres, qui ne sont, somme toute, que l’expression de la démocratie locale.

Les questions du MoDem Vanves agacent le maire.

Manifestement, il semble considérer comme anormale toute question sur son action municipale.

Lire la suite...

lundi 10 juin 2013

Pourquoi l’UDI 92 se choisit-elle André Santini comme Président ?

Face à une « droite brisée, une droite interdite (par Nicolas Sarkozy) de bilan et d’introspection, comme l’a décrite Maurice Szafran dans Marianne du 8 juin,  on aurait pu   penser que l’UDI,  qui ne craint pas de dire, par la voix de son président national, qu’elle ambitionne de prendre la place de l’UMP,  se construirait sur des valeurs républicaines et démocratiques. Qu’en est-il dans les faits et premiers signaux envoyés aux électeurs, notamment dans notre circonscription ?

 

L’UDI des Hauts-de-Seine vient de tenir sa convention constitutive à Vanves, accueillie le 6 juin par Monsieur Gauducheau à « La Palestre », rue Antoine Fratacci.

Lire la suite...

samedi 1 juin 2013

Questions posées au maire de Vanves par le MoDem

Ce matin, le MoDem Vanves tractait dans sa ville, afin de remonter au maire, M. Gauducheau, des questions fréquemment soulevées par les vanvéens.

Le tract portait sur la fiscalité, l'immobilier, l'air et l'environnement, la restauration scolaire, la Tour Triangle et l'avenir du Parc des Expositions, les trottoirs, et le contrat de développement territorial.


En cliquant sur l'image ci-dessous, vous agrandirez le tract en format PDF.

Questions posées au maire de Vanves par le MoDem

dimanche 26 mai 2013

Inquiétude et tristesse des commerçants hier au marché

La mairie de Vanves a décidé de renouveler la fête foraine pour les enfants place de la République, idée qui est tout à fait sympathique.
 
Mais pourquoi avoir réalisé son inauguration festive le samedi matin, au moment où les commerçants du marché organisaient une animation pour la fête des mères, avec des cadeaux?
 
La perplexité devant le manque d'écoute du maire et la tristesse des commerçants s'exprimaient en fin de matinée ce samedi: "il nous  a plombé le marché".
 
Faut-il rappeler, entre autres,  que des commerçants continuent de venir le mardi au marché et maintiennent ainsi notamment du lien social pour les personnes âgées, alors qu'au regard des ventes ils n'ont guère intérêt à se déplacer le mardi?
 
Etait-il si difficile de les écouter et d'organiser par exemple cette inauguration pour les enfants le samedi après-midi?

jeudi 9 mai 2013

Un new deal pour l'Europe

Il ne suffit pas de danser les jours anniversaires de l’Europe. Il faut en profiter pour se préparer au futur. Le prochain RdV, ce sera pour les élections Européennes de l’année 2014. Voici un livre pour avancer.

Il pose une question brûlante: la construction Européenne constitue-t-elle encore un but qui puisse être partagé par les États et légitimé par leurs citoyens?

Lire la suite...

Changer le 8 mai par le 9 mai

Aujourd'hui, c'est le 9 mai.
C'est une date symbolique, c'est le jour de la fête de l'Europe.

Journée qui célèbre le 9 mai 1950, date de la déclaration de Robert Schuman.

Pour que l'Europe aie un sens en tant qu'entité politique réelle auprès de chaque citoyen européen, il faudrait donc rendre férié ce jour chaque année, à l'instar des fêtes nationales de chaque pays. Cela serait un très beau symbole pour l'unité et la conscience européennes.
Pour autant, en France, c'est le 8 mai qui est férié. Pour célébrer la victoire 1945, la victoire contre l'horreur, la victoire contre l'extrémisme, la victoire contre l'intolérance dans sa pire expression. Date importante pour une période à ne jamais oublier, jamais.


Sachant qu'il serait irréaliste d'avoir 2 jours fériés consécutifs (cette année faisant exception, grâce à l'Ascension), je suggère de changer la date du jour férié, et de le déplacer au 9 mai.

Car, il faut aussi savoir que si Robert Schuman a fait sa célèbre déclaration ce jour là, il l'a faite dans l'optique de donner l'élan à une nouvelle Europe, sur les cendres encore chaudes de celle vaincue, spécialement en ce jour anniversaire cinq années après la victoire.
Cela rappellerait à tous les citoyens européens que la construction européenne n'est pas une construction ultralibérale comme beaucoup la perçoivent aujourd'hui ; c'est d'abord et avant tout le rapprochement des peuples dans l'optique d'un "plus jamais ça", plus jamais l'horreur nazie.

Ce discours a été prononcé à une date anniversaire qui prend donc toute la dimension de la victoire de 1945, en se projetant, au-delà, sur la nécessité d'un avenir commun pour la paix et la prospérité du continent.


Cette date, qui pourrait faire office de fête 'nationale' européenne, pourrait être la seule date commune fériée à toute l'Europe et voulue par l'Europe, ce qui donnerait un peu de poids aux institutions européennes.


C'est pour tout cela que, tout en rappelant que l'avenir se construit toujours par les leçons du passé, changer le caractère férié du 8 mai pour le 9 mai, au moins en France et idéalement dans toute l'Europe, prendrait particulièrement du sens. Et cela permettrait de rappeler les bases, les fondations, et la nécessité de l'Europe dans notre monde actuel, de surcroît avec une augmentation des nationalismes partout en Europe.


Gilles G.

Texte intégral : http://www.alerte-orange.com/index.php?post/2013/05/09/Changer-le-8-mai-par-le-9-mai

mardi 30 avril 2013

Aménagement du mail Sadi Carnot à Vanves pour les cyclistes et automobilistes

A Vanves, comme vous le savez, le mail Sadi Carnot est devenu 'zone de rencontre' il y a quelques mois, créant un lien entre le Plateau et la mairie. Nous attendons maintenant des commerces pour dynamiser cet espace, mais là n'est pas mon propos.

L'idée de créer une zone 20 avec cyclistes à contresens était plutôt une bonne idée que nous ne contestons pas. Néanmoins, comme cycliste et automobiliste je l'emprunte régulièrement, et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'aménagement pose quelques soucis.

Une simple photo valant plus qu'un long texte, je vous laisse en juger...

Lire la suite...

vendredi 19 avril 2013

L’UMP est-elle dans l’impasse à Vanves?

En politique, il ne faut jamais mépriser l’adversaire.  Mais il arrive bien souvent, et notamment à l’UMP depuis quelques années, que ce dernier s’enlise et se perde par son esprit  partisan, au risque de se mettre dans l’impasse, au risque de perdre son électorat républicain.  C’est en perdant ce dernier que Sarkozy a perdu aux dernières élections présidentielles.  L’UMP en a-t-elle tiré la leçon ? Il ne semble pas.

Car en cette heure où la France attend que soit forgée la clé de son redressement,  on assiste au niveau national, et au niveau local aussi (surprise !), à tout autre chose à l’UMP.

Cela  ne date pas d’aujourd’hui.  J’ai retrouvé un article du monde, daté du  22 septembre 2012, au titre significatif : « l’UMP se radicalise pour plaire à ses militants ».

C’était vrai en septembre dernier, ça l’est encore plus aujourd’hui. « L’électorat de droite se radicalise », écrivent Alexandre Lemarié et Renaud Revault d’Allonnes,  toujours dans Le Monde (31 mars).

Mais je ne m’attarderai pas sur ce qui se passe au niveau national, où on voit les ténors de l’UMP, chaque jour davantage, reprendre à leur compte  une rhétorique de délégitimation du président François Hollande et de sa majorité, élus démocratiquement, faut il le rappeler ? (Sans compter les comportements que les Français ont découverts avec stupéfaction à l'Assemblée Nationale, où les huissiers ont dû s'interposer entre des députés UMP et le premier ministre).

 Je m’arrêterai par contre à notre niveau local,  Vanvéen,  là où se joue  notre quotidien, notre environnement, celui des écoles, celui du commerce, celui du logement, celui des transports, etc.

Et sur ce terrain, que nous offre l’UMP de Vanves ? J’en ai peur, pas grand-chose, si ce n’est rien. Quand je dis rien, cela veut dire rien qui nous intéresse localement.  Et mes propos ne sont pas partisans.  Ils s’appuient simplement sur ma lecture du dernier numéro du bulletin UMP, « Au Contact », tout aussi révélateur que le précédent.

Lire la suite...

mardi 16 avril 2013

"Vanves d'hier et d'aujourd'hui"

Un très joli regard sur le fil du temps à Vanves, imaginé et mis en oeuvre par la Commission Rues et Parcs du Conseil des Seniors et que de très nombreux Vanvéens ont apprécié ce soir.

La soirée a fait salle comble. Devant cette affluence record, que la salle Henry Darien ne pouvait accueillir, en dépit de toutes les chaises rajoutées très sympathiquement, les organisateurs ont annoncé une deuxième édition. Si vous n'avez pu venir, n'hésitez pas à vous rendre à la prochaine!

jeudi 4 avril 2013

Moralisation de la vie politique: nous pouvons agir et changer les choses

moralisationCette fois la coupe est pleine. Le bannissement d'un ministre après sa faute, fortement médiatisé et survenant après tant d'affaires, à droite comme à gauche, qui font peser le soupçon sur la classe politique et, plus profondément, sur la chose publique, achève de décourager les Français.

Mais ce n'est pas en appelant à l'Intifada sur un seul, avant même le verdict de la justice, pour en faire le bouc émissaire des difficultés du gouvernement, liées à la crise, qu'on remontera le moral des citoyens. C'est en moralisant la vie publique.

Fidèle à son projet de rendre confiance au peuple de France, François Bayrou lance une pétition pour demander au Président de la République un référendum visant à obtenir la moralisation de la vie publique (référendum qu'il avait déjà proposé dans son programme,lors de la campagne présidentielle).

Cette demande compte bien sûr un volet sur la séparation entre intérêts privés et publics, mais aussi, sur la diminution du nombre de postes au gouvernement et au Parlement, et sur une représentation plus équitable de la diversité des sensibilités politiques de notre pays. Une telle réorganisation peut redonner à chaque citoyen le goût de s'investir au service de la cité, "avec et pour les autres, dans des institutions justes", pour reprendre une définition de Paul Ricoeur.

Pour des institutions justes, lisez, signez et faites connaître la pétition de François Bayrou.

MF

Lire la suite...

mardi 2 avril 2013

Tour Triangle, Parc des expositions, Bernard Gauducheau n'a-t-il rien à dire?

Le 15 février dernier, nous avions ici même interpelé le maire de Vanves à propos d'un dossier qu'il connaît bien, celui de la tour Triangle. Il avait approuvé ce projet de Bertrand Delanoë, Porte de Versailles, il y a trois ans, et organisé une réunion d’information à Vanves, à ce sujet.

Inquiété par les résultats de l’enquête publique de l’époque, le maire de Paris et son adjointe, Madame Hidalgo, ont depuis cherché à rebondir en élargissant leur projet à l'ensemble du parc des expositions où ils prévoient désormais de construire un centre de congrès et un hôtel.

Trois ans après les citoyens concernés sont donc convoqués pour une seconde enquête publique.

 
Toute modification des activités du parc des expositions, en partie construit sur notre commune, nous concerne donc, tout comme nous concerne une forte densification des surfaces de bureaux aux frontières de Vanves.

Lire la suite...

dimanche 17 mars 2013

"Je crois en la force du réel et des idées"

FB 66Il n'y a pas de redressement possible si les citoyens n'ont pas conscience de la vérité de la situation." C'est le message que François Bayrou développe dans son nouveau livre, De la vérité en politique (Plon) et sur lequel il revient aujourd'hui dans une grande interview accordée à l'hebdomadaire Le Point.

Le Point - On n’attendait certes pas de vous que vous prôniez le mensonge, mais quant à faire de la vérité l’alpha et l’oméga de la politique, c’est sans doute estimable, mais est-ce bien réaliste et même raisonnable ?
François Bayrou - Mais c’est la question clé ! Il n’y a pas de redressement possible si les citoyens n’ont pas conscience de la vérité de la situation ! Regardez : près d’un an après l’échéance électorale, toutes les illusions se sont effondrées l’une après l’autre : le retour facile de la croissance, la baisse du déficit, le retournement de la courbe du chômage. Et c’est le même scénario depuis vingt ans ! Bercés à chaque élection par des promesses mirifiques, les Français ont cru qu’on pouvait éviter les réformes et l’effort. L’état actuel, catastrophique, du pays est donc la conséquence directe de ce refus de la vérité. S’ils avaient su quelle était la réalité de la dette, de l’effondrement de la production, de l’éducation, les électeurs auraient dit stop !
 
Et voilà pourquoi votre fille est muette ? Faute de vérité…
Si l’on reprend les engagements mirobolants de 81, 95, 2007 ou 2012, et si on les confronte à la réalité, on voit que ces campagnes de facilité, détournant l’attention des vrais problèmes, ont été de la non assistance à pays en danger.
 
À quoi bon dire la vérité si c’est pour perdre les élections ?
À quoi bon gagner des élections pour se condamner à l’impuissance et à l’échec ?

Lire la suite...

jeudi 28 février 2013

Stéphane Hessel. L’humanisme perd une voix ...


Ayant participé à un groupe de travail organisé en 2001, à la demande du sénateur- maire de Lyon, Gérard Collomb,  pour préparer la première édition des « Dialogues en humanité », j’ai eu la chance d’y côtoyer Stéphane Hessel.

On n’a pas tous les jours l’occasion d’entendre l’une des voix prépondérantes de l’humanisme universel. Car Stéphane Hessel était vraiment « Une voix ». Tout d’abord par son timbre. Vous étiez entraînés à l’écouter tout naturellement, sans avoir l’air d’y avoir été sollicités . Ensuite, par ce qu’il disait. La voix de ce qu’on appelle « un grand témoin », reliant ce qu’il avait vécu, notamment en déportation, puis ensuite au cours d’une vie riche en postes officiels, depuis l’ONU, en 1945, jusqu’à son poste d’ambassadeur de France, en 1981, aux temps présents. 

En 2001, c’était le soutien apporté au mouvement pour la paix en Israël. Plus récemment, cela a été son regard sur la crise en 2010 et son fameux « Indignez vous ! », qui a trouvé un écho à travers le monde entier.

Je n’oublierai pas son dernier combat,  celui pour la cause de l’environnement, une cause inséparable à ses yeux de la cause sociale. 

L’humanisme perd une de ses voix. De celles qu’on aime au Mouvement Démocrate.

L’humanité perd une voix.

Mais je suis certain que la voix de Stéphane Hessel aura  " bouturé ". L’écho qu’il a rencontré auprès des jeunes ne pourra que donner ses fruits. Nous en avons besoin en ces temps perturbés, comme au lendemain d’un effondrement général.

 

Bernard Léon

mercredi 27 février 2013

Merci Monsieur Hessel

Merci Monsieur Hessel pour vos combats de résistant et vos messages d'espoir.

Et, encore merci d'avoir trouvé le temps de venir soutenir les lycéens de Michelet dans leurs projets pour la semaine du développement durable.

S Hessel

 

 

mardi 19 février 2013

Questions au maire de Vanves (suite) et proposition pour les Vanvéens

Alerte à la pollution du 18 février.

Lundi 18 février, le site de la ville de Vanves relayait une alerte à la pollution atmosphérique de AIRPARIF,  l’association chargée de la surveillance de la qualité de l’air en Île-de-France,  valable pour  ce mardi 19 février.

Quelques lignes plus bas, la rubrique  " actualités"  du site Internet de la ville donnait quelques conseils sur les précautions à prendre, notamment des recommandations sanitaires et quelques  préconisations pour les automobilistes.

On n’en attendait pas moins de Bernard Gauducheau, maire de Vanves, mais surtout vice - président de GPSO, en charge du développement durable.

En revanche, on pouvait s’étonner que le maire ne prenne aucune mesure pour inciter les  Vanvéens à ne pas utiliser leur véhicule en instaurant la gratuité du stationnement résidentiel  pour ce 19 février. Une mesure prise par le maire d’Issy les Moulineaux dans notre commune voisine.

Tant pis pour les bronches de nos jeunes enfants, celles des personnes âgées, ou encore des malades ou asthmatiques de notre commune.

Lire la suite...

samedi 16 février 2013

Dépasser les étiquettes, et construire un projet avec les Vanvéens

Le MoDem Vanves allait à la rencontre des Vanvéens ce matin, pour échanger sur notre approche des municipales : dépasser les étiquettes et construire un projet avec eux, pour eux. Merci aux Vanvéens qui nous ont très bien accueillis, et avec qui nous avons eu des échanges enrichissants.
Nous continuerons avec vous tous, n'hésitez pas à nous contacter.

Le MoDem Vanves après le tractage

 

 

Vous pouvez télécharger le tract (format PDF) en cliquant ici.

vendredi 15 février 2013

Questions au maire de Vanves

À un an des municipales, les partis de la majorité sortante de Vanves sont pris d’une fébrilité dont je me demande si elle n’est pas le signe d’une inquiétude.

Le 5 février, j’avais cru bon de relever le contenu d’un tract de l’UMP qui posait très clairement problème par son ton, imité des plus beaux effets Copé ou Sarkozy. Entendez par là, l’instrumentalisation des peurs supposées inquiéter le citoyen.

Sucreries de marché.

On ne peut reprocher ces excès de langages à Bernard Gauducheau, ce qui n’empêche pas de sourire de sa méthode de relations publiques.

Il me revient en mémoire une distribution remarquée de  chouquettes par le maire lors d’une campagne électorale.

Il faut croire que la méthode est à nouveau à la mode, mais de façon innovante cette année, puisque les chouquettes sont remplacées par des crêpes tout récemment au marché.  En ces temps de crise, est-il bien judicieux de dépenser l’argent de la municipalité de cette façon ? Et si on veut nourrir la population est-ce bien celle qui vient faire ses courses au marché qui  doit être considérée comme prioritaire ?

Après avoir commencé par le léger, je continuerai sur deux sujets plus sérieux: environnement et développement durable, Tour Triangle et Parc des expositions.

Lire la suite...

Certes, il ne suffit pas toujours de dire la vérité et d'avoir raison pour convaincre... Mais nos concitoyens ne sont pas idiots...

rochefort bb 3 avrilSuite aux dernières informations sur la croissance en France, malheureusement encore plus décevantes que ce que l'on pouvait craindre, Robert Rochefort nous rappelle:

"il y a un an, les prévisions de croissance 2012 étaient Sarkosi: 0,7%, Hollande: 0,5 %, Bayrou:0,2%, qui a dit vrai ou presque?"

Les promesses aux Français étaient annoncées comme crédibles bien sur... puisque budgétées...sur ces hypothèses de croissance...

Et les Français maintenant qu'ils ne sont plus pris dans le jeu médiatique de la campagne de 2012 prennent du recul...

Mais attention, à force de jouer avec le feu, on fait le lit du dégout de la politique qui vient nourrir le vote extrémiste...

Arrêtons pendant qu'il en est encore temps.

Rassemblons les bonnes volontés pour enfin apporter des solutions concrètes et réalistes à nos concitoyens!

Nous continuerons de vous faire part des analyses et des propositions du MoDEM qui, fidèle à ses valeurs,  continue de travailler...

 

vendredi 8 février 2013

Municipales 2014: "aux annonces gadgets et aux débats partisans, nous opposerons un vrai souffle pour la démocratie locale"

fesneauMarc Fesneau, secrétaire général du Mouvement Démocrate, en charge de la préparation des prochains scrutins électoraux, dénonce "la prise en otage de nos territoires, organisée par l'UMP et le PS à l'occasion des élections municipales". Il annonce que le Mouvement Démocrate répondra à deux exigences : "se concentrer sur l'enjeu électoral et privilégier la compétence à l'étiquette politique".

"L'UMP, par la voix de Jean-François Copé a annoncé mercredi vouloir d'une part recruter ses candidats aux municipales par voie de 'petites annonces' et d'autre part faire de cette échéance locale un enjeu de référendum pour ou contre la politique de François Hollande. Ce faisant, elle commet une double erreur", a réagi Marc Fesneau.
 
"Avant de chercher les moyens les plus extrêmes et les plus gadgets pour recruter, elle ferait bon de s'interroger sur la désaffection grandissante des citoyens vis-à-vis de la politique et plus encore de l'engagement politique", a-t-il estimé.
 
Pour le secrétaire général du Mouvement Démocrate, "ce n'est pas en réalisant des 'castings' ou en publiant des annonces qu'on résoudra cette question de fond. C'est en adoptant des démarches exemplaires en termes de morale politique, en réduisant la captation par quelques uns des postes locaux ou nationaux, et en refusant les débats partisans quand on aurait besoin de rassembler au delà des camps. C'est en redonnant du sens à l'engagement politique qu'on retrouvera des volontaires pour participer à la vie de la cité".
 
"Finalement la démarche proposée par Jean-François Copé sonne comme un terrible constat d'échec pour toute la classe politique et d'une défiance des citoyens à son égard. Et c'est à cela que le Mouvement Démocrate répondra", analyse le cadre centriste.
 
"En second lieu, faire d'élections locales un enjeu uniquement national, c'est se tromper de combat et éloigner encore plus les électeurs de ces scrutins. La question des municipales ne peut être celle d'un référendum pour ou contre la politique gouvernementale. Ce ne peut être le terrain de bataille de luttes stériles. Nos territoires méritent mieux que d'être pris en otage organisée successivement par l'UMP ou le PS au gré des alternances nationales", a souligné le Maire de Marchenoir.
 
Le Mouvement démocrate répondra à deux exigences pour ces élections municipales :
 
1. Se concentrer sur l'enjeu électoral : La défense de nos savoirs faire et de nos industries, l'accès de tous au logement, les exigences écologiques, la nécessité d'une démocratie locale clarifiée et sereine, l'amélioration concrète de la vie quotidienne, la préservation du cadre de vie et la tranquillité publique constituent les vrais enjeux de ces élections et ne peuvent pas être enfermés dans un débat droite-gauche, qui stérilise les énergies au lieu de les libérer.
 
2. Rassembler au-delà des camps : Toutes celles et ceux qui souhaitent, au niveau local, apporter leur contribution au redressement de leurs territoires et donc du pays, doivent pouvoir le faire. C'est dans ce cadre que notre mouvement entend placer son action en recherchant dans chaque ville et dans chaque village des rassemblements nouveaux basés sur la seule question qui vaille : Qui peut le mieux gérer et développer notre commune ? Quelles équipes fondées sur les compétences et l'envie d'être utile ? Quels maires ? Ces rassemblements nouveaux s'opèrent d'ores et déjà dans de nombreuses communes.
 
"Le Mouvement démocrate entend dans les semaines qui viennent travailler ardemment à ces rassemblements et contribuer à faire en sorte que notre démocratie locale puisse retrouver le souffle dont elle a tant besoin, au service des citoyens. C'est cette position d'équilibre, d'action au service de tous et non d'un camp, d'exemplarité des comportements que le Mouvement démocrate fera entendre dans les débats municipaux à venir", a ajouté Marc Fesneau.

- page 2 de 7 -